De la mesure des mots…

De la mesure des mots...

Coup d’Etat, Dictature absolue, Déni de démocratie, Manipulation, Complot… Résumé rapide de l’élection 2017 dans les commentaires sur tous les supports médias.
Bon. Voilà. C’est dit. Macron est un imposteur, pantin fantoche d’un pouvoir suprême à la solde du dictateur des dictateurs : l’argent. L’élection présidentiel n’est qu’une comédie dirigée par les médias. A ce jeu, Lepéniste, Filloniste et Mélenchoniste se rejoignent avec ferveur. Si leur candidat(e) n’a pas été élu, c’est seulement, uniquement, à cause de la presse, qui a réussi le casse du siècle en volant aux yeux de tous une élection pourtant promise à chacun d’eux. Ces trois candidats ont finalement réussi le rêve des Grands soirs : Une cohésion nationale qui rassemble de l’extrême gauche à l’extrême droite. Tous d’accord sur quelque chose. Chapeau bas.
Et le citoyen alors ? Lui ne compte pas. Ces pauvres moutons, imbéciles sans cervelles, n’ont pas le droit à une opinion. Leur vote n’est pas de leur main, mais de leur cervelle pilotée à distance par l’occulte. Désolé ami citoyen, toi qui donc ne lit pas ces lignes car il t’est dénié le droit d’analyse, de libre arbitre, de te faire ta propre opinion en lisant, écoutant, plusieurs types de médias différents, en discutant avec tes amis : tu n’as pas le droit à la parole et ton vote, au 1er tour, n’a donc aucune valeur. Que ces mêmes médias aient porté Mélenchon à plus de 19% ou le Pen à plus de 21% -car enfin comment aurions-nous connu leurs idées sinon-, est vite balayé. Qu’internet -qui a permis les printemps arabes et autres remises en causes-, soit chez nous consultable par chacun(e) librement, permettant de connaître si on le désir des avis forts divergeant et des médias d’opinion n’a pas de sens. Non. Si Mon candidat n’a pas été élu, ce n’est pas en raison d’un vote du plus grand nombre des citoyens de ce déni de démocratie, mais par un coup d’Etat en bonne et due forme. Et s’il avait été élu alors… vive la démocratie.

Je ne suis sûr que d’une seule chose. Si un jour un véritable Coup d’Etat débouchait sur une vraie dictature, nous n’entendrions plus aucun de ces courants. Parce qu’il n’en aurait plus le droit. Le musèlement carcéral serait la réponse à la moindre parole, au plus petit dessin dessin, trait d’humour ou revendication qui critiquerait le système, cela se passe et dans des pays pas si éloignés de nous.
Tiens, en y repensant du coup, j’aime finalement bien lire ces « posts » et articles qui parlent de coup d’Etat et de dictateur. Parce que tant que je les lirai, je saurai que je suis encore dans une démocratie, tellement imparfaite que j’ai le droit de la questionner, la critiquer, et même d’espérer la transformer pour l’améliorer, sans risquer de me retrouver en prison en le faisant.

This entry was posted in Et la pondération, bordel ? and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>