De retour des Rencontres Economiques d’Aix en Provence

De retour des Rencontres Economiques d'Aix en Provence

J’ai eu le plaisir d’être invité cette année aux 17e Rencontres Économiques d’Aix en Provence organisée par le Cercles des Économistes, dont le thème était la prospérité, et de participer à une session sur « La croissance détruit-elle notre planète » en compagnie d’Isabelle Kocher d’Engie, d’Olivier Brandicourt de Sanofi, d’Eric Olsen de Lafarge-Holcim, de Laurent Husson de Climte City, de Patrick Geoffron du Cercle des Économiste et animé par Hedwige Chevrillon de BFMBusiness.

Dans ce débat sur la prospérité qui a animé ces Rencontres Économiques -et qui va encore nous animer dans les mois à venir-, j’ai été très heureux d’entendre l’importance de la notion d’éducation énoncée par plusieurs intervenants.

L’éducation, pour toutes et tous, partout dans le monde, non dogmatique et basée sur les derniers savoirs, reste pour moi l’un des premiers facteurs d’un futur positif et prospère. C’est ce qui permet la compréhension des enjeux actuels et donc la conscience du besoin de protéger nos écosystèmes. C’est ce qui apporte la liberté de choix, et la responsabilité de ses propres choix. C’est ce qui construit un monde plus tolérant et plus ouvert sur les autres. Des premiers pas vers une pleine conscience sociale et environnementale responsable et commune. Sans parler de l’immense capacité que crée ce « réseau » de cerveau, capable d’œuvrer en commun pour faire émerger les solutions de demain.

Mais nous devons pour cela renforcer nos moyens de recherches et de compréhension. Sur les réalités du monde d’aujourd’hui bien entendu. Mais aussi sur nos capacités humaines cognitives. Car dans un monde où l’innovation avance au galop -un outil puissant, avec entre autres l’espoir d’énergies propres, il existe déjà des tas de solutions non exploitées car considérée comme trop chère ou non soutenue par les autorités-, il ne parait pas possible de freiner l’expansion des Big Datas et de l’Intelligence Artificielle (AI), qui pourrait dépasser les capacités humaines. Sur le papier du moins. A nous de mieux développer et affirmer l’Intelligence Cognitive, qui offre un droit à l’erreur créatrice, l’accès aux émotions et sensations conductrices de décisions imaginatives, ouvre à l’empathie et tant d’autres capacités, où chacune et chacun à un rôle à jouer.

Merci à celles et ceux, aux entreprises et organismes, qui œuvres déjà pour un futur où prospérité rime avec connaissances, liberté individuelle de choix, protection de l’environnement, équité sociale et collaboration. Mais n’hésitons pas à en faire plus. Tant d’autres ont encore besoin d’exemples à suivre…

This entry was posted in Adaptation, Conférences, Et la pondération, bordel ?, Flash actu, Réflexions and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>