AccueilRéflexionsA Laurent

Commentaire

A Laurent — 11 commentaires

  1. Que dire de plus ?
    Ceux qui ont eu l’immense honneur de rencontrer Laurent, savent à quel point il était passionné et dévoué. Il était toujours prêt a partager ses connaissances et a faire profiter les autres de son talent et son savoir-faire. C’était un naturaliste comme il y en a peu, et ceux qui ont quelque chose à dire, feraient mieux de prendre exemple sur lui qui est allé jusqu’au bout de sa passion.
    Il y a toujours des gens qui parlent sans rien savoir et c’est essentiellement à cause de cela que le monde part en vrille mais ceci est un autre débat.
    Une chose est sure, j’aurais réagi de la même manière, j’aurais protégé le fruit de mon travail.

    Bravo Laurent pour tout ce que tu as accompli et tu manquera énormément à beaucoup de monde. Repose en paix.

  2. Merci Christian pour ces mots positifs et très humains concernant Laurent. Laurent est mon beaux-frère et il est aussi un ami. J’ai bien sur encore du mal à parler au passé tellement il est présent. Photographe amoureux de nature moi aussi, on échangeait beaucoup sur nos pratiques, quelques ballades ensemble, en famille, où tout était prétexte à émerveillement et curiosité. Je suis d’accord avec toi: il a vécu en accord avec lui même, s’est trouvé là au mauvais moment et entre nous, je ne sais pas s’il était vraiment en train de photographier le monument quand il a été agressé, les grands arbres tout autour devaient abriter quelques oiseaux merveilleux…
    On ne se connait pas mais je t’adresse tout même toute mon amitié.
    Pierre

  3. Que cela fait du bien de lire vos commentaires par rapport à un, en particulier, que j’avais lu sur le site du Figaro. Merci à vous pour la mémoire de Laurent.

    Pour ma part, nous l’avions rencontré en 2005 aux Galapagos et dans les Andes.
    Laurent, dans toute sa simplicité, humanité, nous avais, avec Sandrine, fait partager sa passion de la photo. Quel grand Monsieur.
    Sans se connaître beaucoup, j’ai l’impression de pouvoir en parler des heures.
    Avec mes amis qui faisions partie de ce voyage, nous sommes toujours sous le choc
    Amitès à vous qui avaient aussi connu Laurent

  4. Merci pour ces mots touchants… Lorsque j’ai appris la nouvelle bien entendu je suis allé cherché des informations sur le net et je n’ai trouvé que des articles neutres, quasi indifférents et des commentaires souvent insupportables. Je suis heureux de lire ses amis ce matin.
    Je ne connaissais pas beaucoup Laurent, mais suffisamment pour savoir que c’était un monsieur tout-à-fait extraordinaire. Je l’ai rencontré pour la première fois sur les bords du Rhin pour aller observer les quelques derniers Pélobates bruns qui subsistent dans notre pays. Je savais que c’était un grand voyageur mais il ne ressemblait pas aux autres grands voyageurs que je connais, qui ne vivent que pour l’idée d’être ailleurs, à l’autre bout du monde, et ne parlant que de cela (jusqu’à saturation). On a travaillé ensemble sur un projet de diaporama sur les orthoptères d’Alsace et il y a mis beaucoup de coeur et de passion (il a fait les images et moi le son). J’étais émerveillé par son enthousiasme pétillant, très communicatif. J’aurais vraiment aimé le suivre plus souvent sur le terrain ; nous en parlions mais il nous était difficile de nous « synchroniser ».
    Je sais que j’aurais une pensée émue pour lui à chaque fois par exemple que je tendrai un micro ou un objectif vers une de ces petites bêtes qu’il affectionnait tant… et qui vivent autour de chez nous.
    Je vous adresse également toute mon amitié.
    Marc

  5. Merci pour ces paroles qui lui ressemble. Laurent était un collègue vraiment très agréable, toujours souriant, plein d’humour, à l’écoute des autres et prêt à nous faire partager ses passions. Je suis contente de l’avoir connu et côtoyé et il va beaucoup nous manquer. La seule consolation c’est de se dire qu’il a vécu ses passions à fond et qu’il nous a fait partager cet amour du vivant (du plus petit insecte au gros mammifère), merci à toi Laurent pour tout cela, Caroline

  6. Je le connaissais un peu mais suffisamment pour ressentir l’amour viscéral qu’il avait de la nature qui ne souffrait pas la médiocrité et l’a peut être animé jusqu’au bout ! Grande perte.

  7. Rongée par la tristesse et la rage envers ce destin qui s’arrête si brusquement, à cause d’un pauvre type qui ne savait pas à quelle belle personne il allait enlever la vie, je ne savais que dire, et pourtant je voulais aussi m’exprimer, pour la mémoire de Laurent, ami et collègue.
    Au milieu du flot d’information qui a plus ou moins finement illustré le drame qui a touché Laurent, j’ai trouvé votre témoignage, Christian, que je trouve très beau et très touchant. Vous avez écrit le plus bel hommage que l’on trouve à ce jour sur le net, merci beaucoup.

    Je voudrais surtout par l’intermédiaire de votre blog adresser toute mon émotion envers ses parents et Sandrine, qui ont perdu de manière tellement brutale et injuste, une personne pétrie de qualités et exceptionnelle.
    Je leur souhaite beaucoup de courage dans cette épreuve terrible, et les assure de mon soutien sincère et ému.

    Je remercie Laurent pour m’avoir aidée dans mes démarches dans le cadre de mon travail, pour avoir partagé un peu de ses magnifiques voyages, pour avoir partage son amour de la vie et son émerveillement constant de naturaliste passionné et passionnant.

    Je sais qu’il manquera à beaucoup beaucoup de personnes, et cette pensée atténue un peu la colère que j’éprouve depuis son décès.
    J’espère où qu’il soit maintenant, qu’il ait pu trouver la paix, après l’épreuve du
    dernier jour de sa vie sur cette terre, qu’il a pourtant tant aimé.

    Cordialement.

  8. Quel bel hommage ! à Laurent, à la Nature et à la Vie !!!
    Je ne connaissais pas Laurent, mais à lire ces témoignages je perçois un être d’exception, passionné. Rares sont ceux qui vont au bout de leur rêve et le font partager, respectent la Nature et nous la font découvrir. Ce qui lui est arrivé peut hélas arriver à tout voyageur, où qu’il se trouve, tant la misère dans ce triste monde est grande. La frustration et la convoitise peut conduire à des actes désespérés, mais condamnables car comment peut-on faire preuve d’une telle violence face à quelqu’un de désarmé, qui défendait tout simplement un trésor, celui de la Nature ? Ce n’est pas juste…
    J’adresse toute ma profonde sympathie à sa famille et à ses amis à qui Laurent va sans aucun doute laisser un grand vide, mais dont ils peuvent être fiers, sans oublier Christian qui m’a donné envie de réagir.

  9. C’ete bizarre ce jour-la pour moi. C’ete a l’aerport de Buenos Aires que j’ai apris la nouvelle.Je partais juste en France pour l’anniversaire d’un super ami a moi:Olivier. Une ombre ete descendu sur mon ame.Bienque je ne suis pas un photografe professionel ,moi je vois la vie a travers mon appareil photo. Et je devine qu’il s’ete fair tue pour sauver son tresor. La deliquence en Argentine et partout dans l’Amerique soit du Nord et du Sud c’est une epidemie qui a commence fin 1990 pour avoir le somet en 2001.Tout le monde en parle de l’arreter mais c’est un gran negocie tres difficil a detruire. Je voudrais bien adresser une penssee pour sa famille et vous ses amis et copains de tant de beaute. Je m’excuse de ma grammaire. Avec toute mon afection: Julio Gutierrez Buenos Aires. Argentina

  10. Christian, votre hommage à votre ami Laurent est très beau et d’une grande dignité. Je comprends votre colère froide contre les commentaires imbéciles car elle fait écho à la mienne. Personnellement, je souhaite à leurs auteurs que la vie les épargne de la mort injuste d’un être chéri. Qu’ils soient préservés des affres de vivre avec l’absence définitive d’une amante, d’un amant, d’une fille chérie, d’un fils chéri … sans devenir des handicapés de l’amour et de l’amitié !

    L’espèce humaine porte en elle le meilleur et plus souvent le pire. Les mâles portent le poids principal du pire. Même si ce n’est pas vrai pour Laurent, les assassins sont très majoritairement des hommes et leurs victimes principalement les femmes. Chaque homme doit réfléchir à la réponse d’une cruelle vérité de l’anthropologue Françoise Héritier à la question « Qu’est-ce que l’homme ? » :  » La seule espèce dont les males tuent les femelles »..

    Jean-Michel Bouvier, père de Cassandre battue, violée et assassinée avec son amie Houria le 15 juillet 2011 à la Quebrada de San Lorenzo (nord de l’Argentine).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *