Conseil confinement 8 sur 10 – Protéger son cerveau - Containment advice, take care of your brain

[FR] Les très nombreux changements subits en un temps très court, les apprentissages obligatoires à vitesse accélérée (télétravail, organisation commune à la maison, veille sur l’actualité et autres), les nouvelles conditions de vie, ont énormément sollicité nos cerveaux. Dans ces cas, de nombreuses connexions se créent, notre cerveau recherche dans chaque zone de connaissances, mémoires et autres, une part de la réponse pour reconstruire les savoirs nécessaires, apprendre le reste. Synapses, neurones, se développent et s’organisent. C’est foisonnant ; et très fatigant. La part énergétique demandée par le cerveau dans ces cas-là est énorme, bien plus de 50% de notre consommation totale. Cela permet de créer beaucoup. Cela fatigue aussi énormément. Au bout de plusieurs jours, la pression cognitive devient épuisante. Nous ne parvenons plus complètement à faire la part des choses ni à inhiber nos biais cognitifs. Les incompréhensions, énervements, intolérances, grandissent ou au contraire, c’est l’abattement qui s’empare de nous, qui peut devenir délétère et provoquer des traumas

importants. Il faut donc absolument laisser notre cerveau se reposer ; en dormant bien sûr, mais aussi en lui donnant des moments de détentes, de plaisirs, de relâche. Et en buvant beaucoup (de l’eau) pour que les mécanismes de refroidissement et d’élimination des déchets fonctionnent bien. Croire que l’on pourra faire autant -voir plus- dans cette période de crise que d’habitude est une grosse erreur. C’est peut-être vrai quelques jours. Mais pas à long terme. Accepter de faire moins, et de vous donner du temps de respiration cognitive. Un équilibre indispensable pour tenir le coup durant plusieurs semaines, plusieurs mois !

[ENG] The very many changes that have taken place in a very short time, the accelerated pace of compulsory learning (teleworking, common organisation at home, keeping up to date with current events, etc.), the new living conditions, have put a huge strain on our brains. In these cases, many connections are created, our brains search in each area of knowledge, memories and others, part of the answer to rebuild the necessary knowledge, learn the rest. Synapses, neurons, develop and organize themselves. It is abundant; and very tiring. The energy demanded by the brain in these cases is enormous, well over 50% of our total consumption. This allows us to create a lot. It is also very tiring. After several days, the cognitive pressure becomes exhausting. We are no longer able to completely balance things out or inhibit our cognitive biases. Misunderstandings, irritations, intolerances grow or, on the contrary, it is the despondency that takes hold of us, which can become deleterious and cause major traumas. It is therefore absolutely necessary to let our brain rest; by sleeping of course, but also by giving it moments of relaxation, of pleasure, of release. And by drinking a lot (of water) so that the cooling and waste disposal mechanisms work properly. It is a big mistake to believe that you can do as much - or even more - in this time of crisis than usual. This may be true for a few days. But not in the long term. Agree to do less, and give yourself some cognitive breathing time. A balance that is essential to hold out for several weeks, several months!

1,394 vues

© 2019 Christian Clot   -   Mentions légales Crédits  -

  • Christian Sur Facebook
  • Christian Sur Twitter
  • Christian sur Instagram
  • Christian LinkedIn