Les Pink Floyd, présent contre la guerre...


Pink Floyd, le groupe de The Wall, le groupe des luttes de liberté, s’est reformé pour une chanson en raison de la guerre en Ukraine et de l’enrôlement dans l’armée de Andryi Khlyvnyuk, chanteur du groupe ukrainien Boombox, qui devait partir en tournée aux états unis. Une chanson « Hey hey rise up », sur un chant de Khlyvnyuk sur le théâtre macabre de la guerre. Ce n’est peut-être pas leur plus grande création, mais c’est poignant.

Bien sûr, cela n’arrêtera pas cette guerre, les massacres, la destruction humains comme à Boutcha qui a révélé aux yeux de toutes et tous cette réalité que l’on a pu voir ailleurs sur le terrain : les viols, les tortures, les meurtres de personnes aux mains attachées. Pas pour prendre un territoire, mais pour glacer le sang, pour instiller la terreur à un peuple et lui faire tomber les armes de tristesse.

Bien sûr, cela ne fera pas taire l’infâme, alors que plusieurs candidats à la présidentielle 2022 ont refusé de dénoncer ces crimes, continuant leur soutien implicite à un Poutine devenu incontrôlable (devenu… l’a-t-il été ?), prêt à tout pour ne pas perdre la face auprès des pays qui commercent avec lui.

Bien sûr, cela ne changera pas les centaines de milliers d’Africains qui crèveront de faim de ne pas recevoir les céréales d’Ukraine et qui n’ont pas d’autres moyens d’obtenir de la nourriture devenue trop chère, des Africains qui pour certain devront migrer de désespoir et que là encore, plusieurs candidats nauséabonds estime que nous devrons les rejeter à la mer.

Je pourrais écrire encore tant de bien sûr. Dans nos systémies modernes, tout est lié, y compris le climat dont la lutte pour réduire nos impacts est en train de prendre 10 ans de retard.

Mais j’aurai entendu les Floyd recréer du son, près de 30 ans après leur dernière création. Alors qui sait, peut-être, que tout est possible ? Même d’éviter un séisme de l’extrême droite au 2e tour dans notre pays. Qui sait…



15 vues0 commentaire