Retour en urgence du lac Baïkal pour la mission Baïkal 2022


Bonjour à toutes et tous. Ce petit mot pour vous dire que toute l’équipe de la mission Baïkal 2022 est sortie de Russie, et pour la plupart rentré en France cette fin se semaine. Partis assez confiants en raison des négociations de mi-février, nous avons appris le début d’invasion de l’Ukraine en passant proche d’un village alors que nous avancions sur les glaces du Baïkal. Après 2 jours d’évaluation, j’ai pris la décision la mort dans l’âme, mais sans aucune hésitation, d’un retour anticipé en raison des informations transmises par J. Roumian notre directeur des opérations, en lien avec les autorités à la suite de l’annulation des vols Russie-Europe. Le retour a été quelque peu chaotique, via les Émirats arabes et l’Arabie Saoudite afin de contourner les nombreuses interdictions de vol. Nous avons reçu de nombreux messages de soutien et de courage. Je vous en remercie sincèrement. Ces messages, je les retourne en direction du peuple ukrainien qui subit actuellement une terrible attaque, dont les risques sont immenses. Toutes mes pensées sont pour ce peuple. Nous n’avons pour notre part jamais été en danger, et notre seule difficulté a été de trouver un moyen de quitter le pays et de passer de nombreuses heures en transport et transit. Un bien moindre mal.

Je tiens à dire que, en Sibérie, nous avons rencontré un peuple accueillant, aidant, et très aimable. Il n’est en rien en cause dans les élucubrations d’un dictateur en mal de puissance, et ne comprend pas vraiment non plus ce qu’il se passe et les raisons de cette guerre. Ce peuple va souffrir également dans les mois et années à venir, et j’en suis désolé pour lui. Il n’en reste pas moins russe, fier de son pays, et personne ne peut savoir ce que sera sa réaction dans les semaines à venir à la suite des mesures de restriction. Quitter rapidement le pays était donc nécessaire.

Avec Human Adaptation Institute, nous suivons de près les évolutions de la situation et ses répercussions internationales, faisant suite à la crise Covid-19. C’est un coup très dur pour la stabilité mondiale, avec pour la première fois depuis 1945 le retournement du nucléaire d’arme de dissuasion en arme d’attaque, et la projection dans les mois et années à venir n’en est que plus compliquée. Nos travaux sur l’adaptation à l’incertitude, nos missions de recherches sur les capacités humaines, ont malheureusement plus de sens que jamais. Et nous allons continuer de les mener avec encore plus de volonté, d’abnégation, pour apporter des solutions humaines d’adaptation face aux mondes du futur, que les impacts climatiques et environnementaux (cf. le tout récent rapport du GIEC) et les actes humains comme cette guerre insensée rendent plus incertains que jamais.


Notre mission Baïkal 2022 a cependant été un beau succès sur le terrain, très riche d’enseignement, sur un territoire d’une beauté époustouflante. Il nous a bouleversés par son ampleur d’une éblouissante mélancolie teintée de couleurs d’une éclatante chaleur au sein de ce monde glacé. J’en publierai des images dans la semaine à venir. Parce qu’à l’iniquité humaine doit répondre la beauté de la nature. À la fin, c’est elle qui restera. Toujours. À très vite.

Christian Clot, directeur du Human Adaptation Institute.



278 vues0 commentaire