© 2019 Christian Clot   -   Mentions légales Crédits  -

  • Christian Sur Facebook
  • Christian Sur Twitter
  • Christian sur Instagram
  • Christian LinkedIn
  • Christian Clot

Conseil Confinement 5 sur 10 – Le pouvoir de la projection

[FR] Il faut être capable d’imaginer une vie après la période de crise. La réalité sera peut-être très différente. Ce n’est pas l’important. C’est la volonté de voir au-delà de la situation difficile dans laquelle nous sommes qui l’est ! Je crois que l’un de mes pires confinements a été pourtant le plus court d’entre eux. C’était dans la soute d’un bus, en voyageant avec des migrants, pour se cacher durant une partie de traversée au Mexique. Le noir haché de rayons lumineux ; l’odeur d’essence, de poussière et de vomi ; le mouvement. Dans tous les sens, violents. Impossible de penser à autre chose que de m’accrocher comme je peux en repoussant les sacs ou les pieds de mes compagnons d’infortune. Au bout d’une demi-heure, j’aurais tout donné pour être ailleurs. L’un d’eux, à qui je demandais comment il va, m’a répondu « Bien. Je suis déjà aux USA ». Durant ses mois de voyages, il avait tout enduré, sans ciller. Pour ce rêve. Un but qui se transforme en puissant imaginaire, apte à nous projeter quoi qu’il arrive au-delà de la situation présente. Quelle qu’en soit la dureté.


J’utilise le même moyen dans les milieux extrêmes ou lors des moments les plus difficiles. Projeter un imaginaire au-delà de la situation. Pas comme une image d’Épinal inexistante, mais comme une réalité tangible, un but pour lequel cela vaut la peine de dépasser la situation immédiate. Quelle qu’elle soit ; aussi longue soit-elle. Ce pouvoir de projection vers l’après est peut-être la plus grande force qui soit lors des situations les plus difficiles, comme un confinement. Je ne connais pas le vôtre. Mais plus vous le mettrez en œuvre, le développerez, plus vous serez armé pour ne pas laisser la situation prendre le pas sur vous…

[ENG]


You need to be able to imagine a life after the crisis period. The reality may be very different. That is not the point. The important thing is the will to see beyond the difficult situation we are in! I think one of my worst confinements was the shortest of them all. It was in the hold of a bus, traveling with migrants, to hide during a part of the crossing of Mexico. The chopped blackness of rays of light; the smell of gasoline, dust and vomit; the movement. In all directions, violent. Impossible to think of anything else but to hold on as best I can while pushing away the bags or feet of my companions in misfortune. After half an hour, I would have given anything to be somewhere else. One of them, when I asked how he was doing, replied, "Fine. I am already in the USA. During his months of traveling, he had endured everything without blinking an eye. For this dream. A goal that turns into a powerful imagination, capable of projecting us whatever happens beyond the present situation. No matter how hard it is.

I use the same means in extreme environments or in the most difficult moments. Projecting an imaginary beyond the situation. Not as an image of a non-existent Epinal, but as a tangible reality, a goal for which it is worth going beyond the immediate situation. Whatever it is; however long it may be. This power of projection towards the afterlife is perhaps the greatest force in the most difficult situations, such as a confinement. I don't know yours. But the more you implement it, the more you develop it, the better equipped you will be not to let the situation get the better of you?