Conseil de confinement, 7 sur 10

Les moments de crises longues, sans visibilité, mettent nos émotions, nos sentiments, à rudes épreuves. Chacun.e gère à sa manière selon sa situation, son passé, ses forces et ses blessures. Nous voulons être suffisamment forts, vivre ces moments la tête haute, sans marquer de faiblesse, maître de la situation. Cette volonté d’affronter les choses, de nous projeter vers le futur est importante. Elle ne signifie en rien que la peur, la détresse, la douleur, n’existent pas. Elles font aussi partie de nous, de ces montagnes russes émotionnelles que savent nous faire vivre les périodes de crise. Parfois elles prennent le dessus, deviennent la réalité qui nous guide. Cette peur qui nous serre le ventre, ce sentiment de panique qui réduit nos poumons à des grains de raisin. Cette gorge bloquée de ne plus savoir. Cela arrive. Pas forcément, rarement d’ailleurs, dans les moments les plus durs, les plus violents, alors que la réalité n’offre d’autre option que la lutte. C’est dans l’attente et l’incertitude que le doute offre un lit à la perte de nos sens. Cela arrive. Vous en avez le droit. Le droit d’être perdu. Le droit d’avoir peur. D’être triste sans savoir pourquoi. De pleurer ou de crier. D’appeler à l’aide.


Christian Clot durant l'expédition 4X30 Jours (photo Lucas Santucci, agence Zeppelin)

Dans les moments les plus sombres de mes expéditions et aventures, j’ai vécu de tels moments où l’on donnerait tout pour que cela s’arrête. Où l’on se maudit d’être là, même si l’on n’y peut rien. Où l’on se noie dans ses propres flots. Si ce confinement perdure, cela peut aussi nous arriver à toutes et tous. Sans le voir venir. Il n’y a ni honte ni rejet à avoir. Vous avez en le droit. Cet espace que nous accordons à nos peines est aussi la solution de les combattre. De leur donner suffisamment de considération pour les comprendre, les accepter. Et les surmonter pour poursuivre notre chemin. J’y reviendrai demain…

(En cas de besoin, si vous n’y parvenez plus seuls.es ou avec vos proches, n’hésitez pas à contacter le numéro vert de soutien psychologique nationale 0800.13.00.00, 24h/24h, 7j/7j).

[ENG] Containment advice, 7/10 – You have the right..

The moments of long crisis, without visibility, put our emotions, our feelings, to hard tests. Everyone manages in his own way according to his situation, his past, his strengths and his wounds. We want to be strong enough, to live these moments with proud, without showing weakness, in control of the situation. This willingness to face things, to project ourselves towards the future is important. It does not mean that fear, distress, pain, do not exist. They are also part of us, part of this emotional roller coaster we experience in times of crisis. Sometimes they take over, become the reality that guides us. The fear that grips our stomach, the panic that reduces the space in our lungs. That stuck throat of not knowing anymore. It happens. Not necessarily, rarely, in the hardest, most violent moments, when reality offers no other option than struggle. It is in waiting and uncertainty that doubt offers a bed for the loss of our senses. It happens. You have the right to do so. The right to be lost. The right to be afraid. To be sad without knowing why. To cry or scream. To call for help.

In the darkest moments of my expeditions and adventures, I've lived such moments where one would give anything to make it stop. When you curse yourself for being there, even if you can't help it. When you drown in your own waves. If this confinement continues, it can happen to all of us. Without seeing it coming. There's no shame or rejection to be had. You have a right to. This space we give to our sorrows is also the way to fight them. To give them enough consideration to understand them, to accept them. And overcome them to continue our path.

I'll come back to that tomorrow...

© 2019 Christian Clot   -   Mentions légales Crédits  -

  • Christian Sur Facebook
  • Christian Sur Twitter
  • Christian sur Instagram
  • Christian LinkedIn